Influence du Japon

Le Bouddhisme est une philosophie. Elle enseigne une manière d'être présent au monde, puisée dans les gestes et des objets du quotidien des hommes. Le zen a renforcé cette dimension. Ainsi l'architecture des temples est souvent très proche de celle des fermes ; bien que le temple soit un lieu sacré.
L'homme, porté par l'habitation, s'associe à la nature.
C'est par le corps que l'architecture atteint l'esprit. La disposition, des murs, des sols, des vides, des toits, la lumière succédant a l'ombre, ouvre le visiteur à recevoir un message inscrit dans l'espace avec sa sensualité. Ces structures de bois et de papier mettent en lumière des jardins symboles ou notre être, sensuellement ouvert, puise tout le sens de cette architecture.
L'application fidèle des principes donne naissance à des lieux où vides et pleins s'enchaînent sans rupture, ou l'ombre, dans la douceur de transitions aux multiples nuances, succède à la lumière jaillissante des jardins. Toute la maison offre cette certitude absolue d'être, ici et maintenant, unie à un tout : La terre.
Jeux de découvertes de jardins à l'approche de la résidence des moines de Shin-juan
Il n'y a pas cette confrontation, chère a l’occident, entre l'homme et la massivité des constructions. A l'approche d'un temple zen des dispositions naturelles permettent d'éviter le choc homme contre bâtiment. Par la présentation des volumes, par l’enchaînement progressif des formes, le volume construit est absorbé.
Enchainement dedans dehors dans une habitation en Provence.
C'est en interposant des éléments seconds rythmant l'approche des lieux; porte majestueuse, mur écrans, massif d'arbres, que se dissimule la façade du lieu de la célébration. Ces dispositifs d’accompagnements sont le plus souvent parallèles à des enchaînements de vides aspirant le fidèle vers l'intérieur, sans que l'importance ou la modestie du volume construit soient perceptibles. Seul importe la découverte du mystère intérieur des choses.

Influence vernaculaire

Au quotidien, depuis l'orée des temps, les hommes assument leur vie, jour après jour, minute après minute dans une relation au monde. Les monts, les rivières, les arbres, les animaux, le froid, la pluie, le vent, le feu, sont leurs alliés, sont leurs ennemis. Seule la conscience immédiate ou réfléchie qu'ils ont de ce monde ici-bas leur permet d'assumer cette relation.
De cette relation concrète, il naîtra des sons, des mots, des armes, des outils, des maisons, des villages. Ces objets, ces sonorités sont nées des hommes. Ils ont traversé leur corps, côtoyé leurs âmes. Ce sont les arts vernaculaires.
Cette force reste le socle sur lequel peut être fondé une architecture et un art de faire des villes, sans rapport avec toutes les néo-créations. Elle trouve son sens dans une trame créative qui associe la terre, le lieu, les hommes et la nature.
L'architecture naturelle est proche de cet art vernaculaire, à l'écoute de notre corps, de ses sensations. Elle est à la mesure de notre être, inséparables de la nature du monde.
Elle s'efforce de faire renaître ce socle local, par la reprise des formes qui ont des racines dans la nuit des temps : le toit, le mur et ces matériaux encore tissés dans nos mémoires : la terre cuite, la pierre, le bois. Nous en ferons grand usage.

Influence de la philosophie

La philosophie à l'origine de cette architecture a été rencontrée dans les profondeurs de la tradition bouddhiste zen. Mais la philosophie contemporaine présente des convergences , et des orientations parallèles.
Être là, présent au monde. S'intéresser aux choses même , dans la profondeur de leur être. Ce sont les thèmes de la philosophie phénoménologique. Les points d’attaches avec « l'architecture naturelle » sont patents : tel l’attachement au corps et a l’immédiateté par l’éveil permanent de l'attention aux choses.
Merleau-Ponty caractérise cet éveil comme étant « l'attitude de l'explorateur » toujours a l’affût de la découverte, et la conscience de l’instant.
C'est cette attitude que l'on veut offrir à l'homme par l'architecture. L’habitation, l'école, la bibliothèque, l'hôtel ne devraient pas en êtres exclus. L’architecture naturelle est celle de l'éveil physique et de la présence.
Copyright © 2011-2016 - Développé par Gayar Ti' Tang